Catégories
News

Deuxième semaine de l'épidémie de coronavirus au Danemark

Il est encore trop tôt pour dire si le Danemark va éviter une forte augmentation des coronavirus infectés. Tu dois être patient. Statut donné lors d'une réunion de presse aujourd'hui.

L'article continue ci-dessous.

Par Bente D. Knudsen

Le PDG du conseil danois de la santé, Søren Brostrøm, a fait une mise à jour et un statut lors de la réunion de presse quotidienne d'aujourd'hui aux médias réunis.

«Le Danemark est dans la deuxième semaine d'une épidémie prévue de 3 mois et il est trop tôt pour dire si les nombreuses mesures de confinement mises en place fonctionneront, mais le virus est maintenant dans la population et une augmentation continue du nombre de malades sera observée dans le semaines à venir. "

Pas des mots vraiment rassurants mais au moins ils étaient honnêtes.

Le statut de la journée est que 1 132 personnes ont été confirmées atteintes de COVID-19, dont 153 sont hospitalisées, 30 dans des unités de soins intensifs, dont 21 dans une unité de soins de la vie.

Le nombre augmente chaque jour et la propagation est maintenant dans la société. Six patients sont décédés, tous ont été testés positifs pour COVID-19 mais tous avec d'autres maladies graves.

Interrogé sur le groupe d'âge parmi les patients confirmés par COVID-19, Søren Brostrøm a déclaré qu'à l'heure actuelle, ils étaient majoritairement des hommes, avec une moyenne d'âge de 58 ans, car dans les statistiques, beaucoup sont encore ceux qui sont rentrés avec lui d'Autriche ou du Nord Italie et ont été testés positifs.

L'article continue ci-dessous.

Les informations concernant les personnes en soins intensifs sont rares car les chiffres sont trop petits pour garantir l'anonymat des patients mais la semaine prochaine, d'autres chiffres seront fournis, a promis le directeur.

Le groupe de personnes à tester a été élargi à inclure les femmes enceintes qui doivent accoucher, d'autres groupes à risque, les travailleurs de la santé et les nourrissons.

L'inclusion des nourrissons a été effectuée non pas parce que les nourrissons sont plus à risque d'effets graves du virus, mais plus pour être sûrs qu'ils peuvent être examinés par les médecins généralistes s'ils ont une forte fièvre ou montrent des signes de léthargie.

À l'heure actuelle, comme ceux qui présentent des symptômes qui ressemblent à ceux du coronavirus ne doivent pas se présenter au médecin généraliste ou aux centres d'urgence, il est important que les parents avec des nourrissons reçoivent toujours les soins nécessaires, par conséquent, les médecins généralistes ont été invités à envoyer des nourrissons qui montrent des signes de maladie à tester pour le coronavirus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *