Catégories
News

Les hauts et les bas des tests de coronavirus

Lors de la réunion de presse d’aujourd’hui avec le PDG du Danish Health Board, les journalistes présents ont une fois de plus exprimé leur inquiétude concernant la stratégie danoise de dépistage. Trouvez un rapport complet avec des réponses ici.

L'article continue ci-dessous.

Par Bente D. Knudsen

Lors de la réunion de presse d’aujourd’hui, de nouvelles mesures ont été prises pour éviter tout contact. Maintenant, les journalistes qui posent des questions dans une pièce sont filmés pendant qu'ils font leur travail et dans une autre, ceux qui doivent présenter et répondre aux questions le regardent dans une caméra.

Søren Brostrøm, PDG du Danish Health Board, a déclaré, au début de sa présentation, qu'il pouvait encore ressentir les questions critiques des médias danois, même à travers la caméra.

Il faisait référence aux nombreuses questions concernant la stratégie de dépistage du coronavirus que la presse danoise soulève encore et encore car les journalistes semblent ne pas comprendre.

L'article continue ci-dessous.

«J'ai également vu les commentaires sur Twitter publiés avec ce qui a été dit par le Directeur général de l'OMS ainsi que les nombreuses questions et commentaires sur les différents médias sociaux. Je le connais très bien car je suis membre du Comité permanent de l’OMS en Europe, le CPCR, et il connaît très bien le Danemark car il a passé du temps ici alors qu’il travaillait encore en tant que jeune médecin. »

«Nous nous sommes beaucoup concentrés sur la question de savoir si nous testons suffisamment au Danemark et je peux vous assurer que nous nous en sortons assez bien en ce qui concerne les tests et que nous suivons relativement d'autres pays qui ont été proposés comme la Corée du Sud. plutôt bien."

Le PDG a souligné que la déclaration de l'OMS concernant les tests est prise hors contexte lorsqu'elle est utilisée pour dire que le Danemark ne teste pas suffisamment.

«Le directeur général de l'OMS, qui regarde le monde entier, parlait aux pays qui n'ont pas encore commencé les tests et qui envisagent le début de l'épidémie, comme nous l'avons fait au début.»

Søren Brostrøm a pris une profonde inspiration et a de nouveau expliqué que le Danemark ne testait pas moins, le taux de tests est passé de 600 tests quotidiens à 1 000 tests quotidiens et les autorités sanitaires s'attendent à ce que ce nombre augmente.

La situation actuelle est que 7 195 ont été testés, ce qui est un nombre élevé quand on le regarde par rapport à la taille de la population.

L'article continue ci-dessous.

De nouvelles directives plus spécifiques viennent d'être mises à jour – voir le lien ici – qui permettent de tester davantage les travailleurs de la santé et ceux qui travaillent dans d'autres établissements de soins. Ils seront désormais testés même s'ils ne présentent que des symptômes bénins, ou sont simplement en quarantaine, non pas tant parce que davantage de symptômes bénins doivent être testés, mais davantage pour réduire le risque de pénurie de personnels de santé, qui, parce qu'ils ont un froid, sont renvoyés chez eux pendant 14 jours.

«Pour ces personnes, nous devons nous assurer qu’elles sont infectées par un coronavirus, comme si elles avaient simplement un rhume, nous pourrions en avoir besoin avant la fin de la quarantaine de deux semaines.»

«Cependant, cela ne change pas notre stratégie de dépistage, qui consiste à se concentrer sur le dépistage de ceux qui auront besoin d'une sorte de soins médicaux, voire d'hospitalisation, afin que nous sachions s'ils risquent de propager le virus lorsqu'ils entrent en contact avec le système de soins de santé.

Pour tous les autres, le message demeure: si vous avez des symptômes, même très légers, restez à la maison et évitez les contacts étroits avec les autres et lavez-vous les mains fréquemment.

Si vous tombez plus gravement malade, comme une forte fièvre pendant plusieurs jours ou des problèmes respiratoires, appelez votre médecin généraliste ou le service de garde après les heures de travail. »

L'article continue ci-dessous.

Il a poursuivi en expliquant que le Danemark comptait actuellement 1 044 cas confirmés de coronavirus, 129 ont été hospitalisés, dont 24 en soins intensifs, 18 dans un état grave.

«Nous nous attendons à en voir davantage dans les prochains jours, nous sommes dans la deuxième semaine de l'épidémie et nous pouvons nous attendre à voir ces chiffres augmenter. Comme il est encore trop tôt et où nous en sommes sur la courbe des risques, nous pourrons en dire plus la semaine prochaine. »

Sur les 1 044 cas confirmés d'infection au COVID-19, il a déclaré que la majorité étaient toujours liés à des voyages, comme l'Italie du Nord ou les Alpes, et que ces cas étaient principalement des hommes âgés de 40 à 60 ans, qui avaient fait des vacances de ski ou des affaires Voyage.

Cela va changer au cours des prochaines semaines car la propagation est maintenant dans la société danoise et les deux prochaines semaines seront décisives pour savoir si la propagation s'est ralentie et donc plus étendue ou non.

Apprenez-en davantage sur la stratégie d'atténuation qui est actuellement mise en œuvre à mesure que le virus se propage dans la société danoise.

Trouvez plus d'informations dans ce lien ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *