Catégories
News

Mise à jour sur le coronavirus: changement de stratégie de test

Le virus étant désormais plus répandu dans la population danoise, les autorités sanitaires changent de stratégie et ne testeront plus toutes les personnes suspectées de COVID-19.

L'article continue ci-dessous.

Par Bente D. Knudsen

La stratégie de lutte contre l'épidémie de coronavirus est en train de changer ces jours-ci et elle sera ressentie par tous ceux qui commencent à se sentir malades ou qui présentent des symptômes qui pourraient être le virus.

La stratégie des autorités sanitaires danoises a jusqu'à présent été une stratégie de confinement – trouver les personnes infectées par le virus en les testant et en les mettant, ainsi que leurs proches, en quarantaine.

Ce fut la soi-disant inddæmningstategi comme décrit dans le document de stratégie sur les coronavirus publié par les autorités.

Trouvez le lien ici.

Cette stratégie est en train de se transformer en stratégie d'atténuation ou de prévention, en danois afbødningstrategi.

L'article continue ci-dessous.

Cela signifie que les autorités ne se concentrent plus sur la recherche de tous ceux qui présentent des symptômes et sur leur dépistage pour vérifier s'ils ont le virus COVID-19.

Au lieu de cela, les autorités sanitaires reconnaissent que le virus se propage désormais de personne à personne dans la société danoise et l'accent est mis sur l'identification des personnes à risque et la prise des précautions nécessaires pour atténuer / conjurer les effets du virus sur elles.

«La nouvelle stratégie signifie que nous changeons d'orientation; au lieu de nous concentrer sur tous ceux qui ont voyagé dans des zones à risque et qui présentent des symptômes bénins, nous allons plutôt nous concentrer sur ceux qui tombent si malades du virus qu'ils auront besoin d'une aide médicale.

Cela signifie que les patients présentant des symptômes légers doivent rester à la maison et ne seront pas testés pour le coronavirus tandis que ceux présentant des symptômes graves doivent appeler leur médecin généraliste. Le médecin généraliste accédera ensuite à leur état de santé (NDLR: et à leur risque d'effets graves de la maladie en fonction du profil de risque) et décidera des mesures supplémentaires à prendre », explique Helen Bilsted Probst, du Danish Health Board.

L'article continue ci-dessous.

Si une personne présentant des symptômes présente un profil de risque élevé, cette personne sera testée pour le COVID-19 afin que les autorités, si cette personne est malade avec le COVID-19, puissent se préparer à aider cette personne à atténuer les effets graves du virus, cela pourrait par exemple être la nécessité d'une hospitalisation.

Cela signifie que si vous tombez malade avec des symptômes qui ressemblent à ceux du coronavirus: fièvre, toux, douleur musculaire, vous ne serez PAS testé pour le coronavirus si vous êtes une personne ou un enfant en bonne santé et que votre état de santé général et les symptômes de votre maladie est légère ou modérée.

La stratégie signifie que les autorités s'abstiendront d'utiliser des ressources sur des personnes qui ne font pas partie du groupe à risque et qui ne présentent aucun symptôme grave.

L'article continue ci-dessous.

Cela équivaut à ce que de nombreux expatriés appellent la «stratégie Panodil» lorsqu'ils ont un mauvais rhume ou la grippe pendant la saison hivernale au Danemark: le «prendre un panodil» et rester au lit en réponse de leur médecin généraliste.

Ils le retrouveront s'ils ne sont pas un groupe à risque ou si les symptômes ne sont pas sévères (les problèmes respiratoires par exemple sont des symptômes sévères).

Les mesures de précaution normales consistant à rester au lit et à la maison, à éviter tout contact étroit avec d'autres personnes, à tousser dans votre manche et à vous laver et vous désinfecter les mains, c'est ce qu'une telle personne doit faire pour éviter une nouvelle propagation.

Créer plus de capacités dans le système médical pour les patients atteints de coronavirus dans le groupe à risque – en savoir plus ci-dessous.

Créer plus de capacités dans le système médical pour les patients atteints de coronavirus dans le groupe à risque

Au Danemark, toutes les opérations et tous les traitements ou examens ambulatoires dans les hôpitaux qui ne sont pas évalués comme la durée de vie nécessaire ont été suspendus.

Normalement, il existe une garantie de traitement du patient dans les 30 jours, “Behandlingsgaranti”. Cela a été suspendu jusqu'à nouvel ordre.

Cela signifie que seuls ceux dont les traitements à l'hôpital ne peuvent pas être reportés; tels que les patients cancéreux ou d'autres maladies potentiellement mortelles ou l'hospitalisation nécessaire, comme pour les femmes enceintes en travail, seront maintenues, toutes les autres seront annulées (de facto reportées).

Les hôpitaux travaillent à identifier ceux qu'ils peuvent reporter à une date ultérieure.

L'article continue ci-dessous.

Tous les hôpitaux danois révisent leurs plans d'urgence et commencent à préparer davantage de services pouvant accueillir des patients gravement malades ainsi qu'à installer des unités de soins intensifs.

Le plus grand défi concernant les unités de soins intensifs n'est pas lié à l'équipement mais au fait d'avoir suffisamment de personnel possédant les qualifications nécessaires pour opérer et superviser les patients en soins intensifs.

Søren Brostrøm, du Conseil danois de la santé, a déclaré lors d'une réunion de presse que les autorités avaient commencé à appeler du personnel récemment retraité et formé en soins intensifs ainsi que du personnel de formation qui possède déjà des compétences en soins intensifs et qui, en cas de soins intensifs, s'est «écrasé». »pourra soigner un patient dans une unité de soins intensifs sous la supervision d'une personne parfaitement formée aux soins intensifs.

"Ce sont des mesures que les hôpitaux italiens utilisent pour accroître leur capacité de soins intensifs et dont les autorités danoises tirent des enseignements", a-t-il déclaré.

Une autre mesure pour libérer la capacité hospitalière sera de réduire l'activité ambulatoire dans les hôpitaux.

L'article continue ci-dessous.

L'activité ambulatoire est, par exemple, des visites de contrôle pour les personnes qui ont été hospitalisées ou opérées et qui se rendraient normalement pour des contrôles et des contrôles au service ambulatoire de l'hôpital.

"Au lieu de cela, davantage de contrôles téléphoniques seront utilisés, envoyant les patients à des médecins spécialisés ou à leurs généralistes, cela peut libérer une capacité considérable dans les hôpitaux et permettre à la place le transfert du personnel médical vers les unités de soins", a déclaré Søren Brostrøm.

Les autorités danoises s'attendent à ce que 10 pour cent au Danemark soient tombés malades avec COVID-19 dans cette première flambée qui devrait durer trois mois avec un pic avec la plupart des personnes infectées au milieu du mois.

Il s'agit du calcul basé sur les mesures prises actuellement pour contenir la propagation (limitation des contacts personnels, fermeture des écoles et des universités, réduction des événements à moins de 100 personnes, fermeture de tous les bureaux et institutions publics, mesures d'hygiène des mains appliquées, etc.) ainsi que mise en œuvre la stratégie d'éloignement / d'atténuation.

L'article continue ci-dessous.

Le virus devrait revenir en octobre pour une deuxième flambée, mais cela devrait être moins important mais toujours grave. Ceux qui avaient maintenant le virus seront plus immunisés contre la maladie.

Lors de cette première épidémie, sur les 10% qui tombent malades, 1% devrait avoir besoin d'une aide médicale.

Cela signifie qu'environ 60 000 Danois auront besoin de l'aide du système médical sur une période de trois mois.

Sur la base des connaissances disponibles, on prévoit que 80% des cas ne seront que modérément malades, 15% devront être hospitalisés et 5% auront besoin de soins intensifs.

Cela se traduit par un chiffre de 11 200 patients qui devront être hospitalisés au cours des trois prochains mois. Environ 2 800 auront besoin de soins intensifs.

L'article continue ci-dessous.

Le taux de mortalité estimé de COVID-19 se situe entre 0,3 et 1%, avec de grandes variations entre les groupes d'âge (ceux de plus de 80 ans peuvent atteindre jusqu'à 15% de mortalité).

On estime que 1 500 à 5 600 patients décèdent du virus au Danemark.

«Il est prévu que le système de santé danois sera en mesure de mettre en œuvre des mesures efficaces qui permettront de maintenir la mortalité au bas du chiffre ci-dessus.»

L'article continue ci-dessous.


L'image ci-dessus provient du document de stratégie sur les coronavirus publié par le Danish Health Board. Trouvez le lien ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *