Catégories
News

Coronavirus news: Un plan financier important pour sécuriser les employés danois

Le modèle danois fait ses preuves car l'État, les organisations d'employeurs et d'employés se mobilisent et présentent un accord historique en trois parties.

L'article continue ci-dessous.

Par Bente D. Knudsen

Ces propos ont été répétés à la fois par le Premier ministre danois, Mette Frederiksen, et toutes les personnes présentes représentant des syndicats et des organisations d'employeurs tels que Dansk Erhverv et Dansk Industri lors d'une réunion de presse le samedi 14 mars au département d'État danois.

Lors de la réunion de presse d’aujourd’hui, le Premier ministre danois a souligné que le nouvel épicentre du coronavirus est l’Europe.

Le statut actuel au Danemark est que 864 sont confirmés malades avec COVID-19, et que 28 sont hospitalisés, deux dans des unités de soins intensifs.

Deux citoyens danois de plus de 80 ans sont décédés (ils ont eu d'autres maladies graves mais où les deux ont été testés positifs après leur décès).

Dit Mette Frederiksen. «Ces chiffres augmenteront dans les jours et les semaines à venir et nous prévoyons que davantage auront besoin de soins médicaux dans les hôpitaux.»

Les mesures prises pour lutter contre la propagation du virus auront et ont déjà un impact sur l'économie danoise, c'est pourquoi le gouvernement négocie depuis vendredi soir avec les organisations professionnelles et les organisations d'employés, Dansk Erhverv et Dansk Industry.

L'article continue ci-dessous.

«Nous devons faire tout notre possible pour protéger les entreprises danoises et leurs employés et, comme de nombreuses entreprises danoises connaissent que leur niveau de production et d’activité s’arrête, nous leur disons« renvoyez vos employés chez eux mais ne les licenciez pas »».

Les solutions présentées par le gouvernement danois reposent sur la contribution de toutes les parties concernées, chacune assumant la responsabilité de sa part.

Mette Frederiksen a déclaré qu'elle pensait que les mesures prises maintenant étaient nécessaires car l'attente ne fera que le rendre plus cher à long terme, à la fois humainement et économiquement.

Plus la réduction de la propagation du virus est efficace, plus vite chacun peut reprendre ses activités et l'économie recommence à fonctionner.

Par conséquent, les mesures suivantes sont proposées du 9 mars 2020 au 9 juin 2020:

L'article continue ci-dessous.

Pour une entreprise qui voit une réduction importante ou totale de son activité et qui serait contrainte de licencier 30% de ses employés ou qui aurait plus de 50 employés, l'État danois est prêt à payer 75% du salaire jusqu'à 23 000 DKK . L'entreprise contribuera en versant les 25% restants ou la part du salaire supérieure à 23 000 DKK.

Pour ceux qui sont rémunérés à l'heure, le soi-disant «timelønnede», L'État danois est prêt à verser 90 pour cent du salaire jusqu'à 26 000 DKK.

L'entreprise en question doit promettre de NE PAS licencier ses employés.

Les employés doivent accepter de prendre cinq jours de vacances ou l'équivalent de cinq jours supplémentaires ou, si rien de cela ne s'applique, ils doivent accepter cinq jours de congé sans solde. C'est la part que les employés doivent donner à la transaction.

Le Premier ministre Mette Frederiksen a souligné que le modèle danois prouve une fois de plus sa valeur et montre qu'il est possible de négocier un tel accord en trois parties (en danois trepartsaftale) en seulement 24 heures.

L'article continue ci-dessous.

Il a été demandé au ministre danois des Finances combien d’employés seraient concernés par le nouvel accord. La réponse a été qu'il n'y a pas de limite et que l'on ne sait pas encore combien cela concernera.

«Il existe un modèle de feuille de calcul parlant de 70 000 employés qui, avec 2,5 mois de salaire, coûteraient à l'État danois 3,8 milliards de DKK, dont 1,3 milliard d'économies seraient prélevés sur les allocations de chômage qui ne versés aux licenciés. Cependant, il n'y a pas de limite dans l'accord et le coût pourrait potentiellement être beaucoup plus élevé », a-t-il souligné.

Le prochain accord en cours de négociation concerne les petites entreprises individuelles, qui ne peuvent bénéficier de l'allocation chômage que si elles ferment leurs portes.

Le Premier ministre a déclaré que la recherche d'une solution pour eux se faisait avec la plus grande hâte.

Cette nouvelle mesure s'ajoute au retard dans le paiement de la TVA et des impôts d'une valeur de 125 milliards de DKK, que l'État danois a accordé à toutes les entreprises au Danemark en raison de la situation des coronavirus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *